WWW. piktos.fr

LA MAGIE DU CHAOS, Marc-Louis Questin, éditions Trajectoire, avril 2014, 276 pages, 22 E.

Chaos_Questin

 

Au fil des siècles, aucun scientifique ne peut donner une définition exacte ni de la réalité ni de la cosmogonie. À l’opposé de la vision confucéenne du très célèbre astrophysicien viêtnamien, connu pour son essai intitulé Le Chaos et l’Harmonie, Paris, Fayard, 1998, l’écrivain polygraphe, poète et occultiste Marc-Louis Questin récuse cette vision réconfortante du cosmos où l’être humain arrive à rationaliser Beauté et Vérité.

Inspiré par les Présocratiques, et en particulier, Empédocle, penseur du IVe siècle av. JC, Marc-Louis nous propose une anthologie d' »âmes fortes » qui remettent en cause le langage et ses schémas de pensée. Des artistes hors normes qui pourraient réciter cet extrait d’Empédocle, en manière d’invocation:

« Par l’action de l’Amitié le multiple tend à constituer une unité ; par l’action de la Discorde l’unité se disjoint et donne lieu à la pluralité. Les deux forces motrices sont des antagonistes perpétuels, mais alternativement l’une ou l’autre tend à prendre le dessus ».



Par « magie », Marc-Louis entend « action sur l’imaginaire »: « nous pensons que l’action sur l’imaginaire, surtout à des fins autres que simplement ludiques ou esthétiques, a été de tout temps dévolue à une classe d’hommes particuliers qu’on appelait les magiciens ». Ces derniers mettent en form(s) le réel.

L’auteur nous retrace quelques vies de ces « magiciens » de la fin du XIXème siècle jusqu’à aujourd’hui, tout en nous fournissant des morceaux choisis. Ainsi découvrons-nous l’artiste maudit, Austin Osman Spare, fils d’un officier de police de Londres, retiré dans un quartier infâme de la ville, dessinant sans relâche. Et bien sûr, le mage noir, Aleister Crowley. Ou Edgar Allan Poe. Sans oublier les nouveaux gnostiques qui repensent le monde sur internet.(Kaosphorus, le webzine chaote) Ou encore les myriades de groupes musicaux orientés vers le dark ambient rituélique. Marc-Louis leur consacre son quinzième chapitre, intitulé « Les musiques du chaos ».

Il s’agit d’un panorama très instructif, autant qu’émouvant: les adeptes du chaos ne sont pas des trous noirs qui cherchent à s’avaler, mais plutôt des scénographes des abysses. Pas question de faire de « la merde New Age ». Les magiciens du chaos sont des « transclasses » qui ne sont ni atomisés ni isolés.Ils se sont regroupés sur le net par constellations, avec une nuance de noir: magie des mots; magie de la musique; magie des matières…

Contrairement aux philosophies anciennes, la pensée du chaos ne méprise pas les affects. Les individus de la mouvance gothique, fantastique n’opposent pas destin et liberté, mais refusent une culture de masse, au nom d’une sensibilité commune à la fluidité « des univers et des passions de chaque instant ».