Coup de lune…

Coup de lune…


https://soundcloud.com/rmngrandpalais/fous-de-lune

https://i1.wp.com/www.grandpalais.fr/sites/default/files/styles/magazine_liste/public/field_manifestation_thumbnail_v/affiche_expolune2019.png?w=1080&ssl=1

En 1969, deux astronautes ont posé le pied sur un symbole de la féminité et de l’imagination. Buzz Aldrin y laisse son empreinte. Que reste t-il de cette émotion ?

L’exposition sur la Lune au Grand Palais nous invite à un voyage que j’aurais souhaité moins convenu. La scénographie aurait pu utiliser le module d’Apollo XI comme machine à remonter le temps, pour observer cet astre qui s’éloigne de la terre chaque année de 3,5 centimètres. Pire, elle édulcore les mystères de Séléné, en isolant le marbre d’Hécate parmi des tableaux de l’époque moderne, en posant des croissants de lune çà et là en nous laissant sur notre faim de fantaisie.

Il n’y a pas eu de femme sur la lune sauf dans le film de Fritz Lang.

On peut se demander si la scénographie ne montre pas l’inégalité entre le symbole de la lune et celui du soleil, n’osant ni dévoiler la magie de l’astre ni l’importance de la lune noire dans l’inspiration des artistes.

Que devient la lune depuis que l’homme l’a visitée ? J’aurais aimé un retour sur les superstitions et les influences de ce satellite aujourd’hui. Un peu de folie. Et si la Lune, c’était l’iridescence de notre voix intérieure, celle que l’on pourra jamais piétiner ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NOTRE-DAME DE PARIS

NOTRE-DAME DE PARIS

NOTRE-DAME DE PARIS

 

Notre-Dame est bien vieille ; on la verra peut-être
Enterrer cependant Paris qu’elle a vu naître.
Mais, dans quelque mille ans, le temps fera broncher
Comme un loup fait un bœuf, cette carcasse lourde,
Tordra ses nerfs de fer, et puis d’une dent sourde
Rongera tristement ses vieux os de rocher.

Bien des hommes de tous les pays de la terre
Viendront pour contempler cette ruine austère,
Rêveurs, et relisant le livre de Victor…*
– Alors ils croiront voir la vieille basilique,
Toute ainsi qu’elle était puissante et magnifique,
Se lever devant eux comme l’ombre d’un mort !

 

Extrait de « En marge des petits châteaux de Bohême »

 

Gérard de NERVAL

(1808 – 1855)

 

* Le roman de Victor Hugo avait paru en 1831.

 

Autoportrait d’un loup solitaire
L’art est-il transgressif aujourd’hui ?

L’art est-il transgressif aujourd’hui ?

LE MIROIR

D’OBSIDIENNE de Marc-Louis Questin ( 2019)

 

Préface de Fabienne Leloup

 

Qu’est-ce qui est transgressif aujourd’hui ? La question traverse le nouveau livre de Marc-Louis Questin. Si elle était déjà posée dans ses ouvrages précédents, elle revient ici tel un leitmotiv lancinant. Sous forme de journal intime, de poème en prose et de rituel d’exorcisme, Marc-Louis Questin interroge la finalité de l’art et celle de l’écriture :

« La mort est toujours à l’œuvre entre les lignes des écrivains, des musiciens, des cinéastes et des peintres. Ceux qui refusent la mort sont obsédés par l’idée de la normalité et de ce qui est lisible ».

Ces réflexions font écho à celles du philosophe contemporain Yves Michaud (auteur entre autres de L’Art à l’état gazeux, 2003). Ce dernier affirme qu’entre ce qui a déjà été exprimé au XIXème siècle, photographié, tenté avec le body art au XXème siècle, plus grand-chose ne peut résister à la marchandisation et à la normalisation de l’art. Actuellement Lewis Carroll et Pierre Louÿs seraient accusés de pédophilie et menacés d’emprisonnement.

L’audace est cadrée, encadrée historiquement, socialement, juridiquement.

 

D’où une certaine nostalgie de Marc-Louis pour la liberté des années 70, une période subversive de l’art contemporain : « On peut considérer le body art, les performances de Gina Pane, Olivier de Sagazan ou Michel Journiac comme l’expression hiéroglyphique de la chair… » S’ensuit une méditation sur le verbe, l’incarnation et la transsubstantiation qui détone à l’ère du post-moderne et de l’athéisme.

 

Néanmoins, comme l’écrivain le reconnaît lui-même l’histoire littéraire ou artistique n’est pas linéaire, mais labyrinthique. Pour l’auteur, l’artiste le plus rebelle se rapproche du dandy et du mage, si l’on admet que la « transgression est une méthode qui permet de transformer notre vision de la réalité ». Cette méthode a ses revers : solitude, insomnie, quête des paradis artificiels, ecstasy, visions opiacées aux « mirages infinis ». Elle permet également des rencontres improbables avec les créatures de la nuit qui se transforment en rêves, parfois en sursauts de révolte contre les listes « d’épicerie » ou contre certains individus préoccupés par leur statut social. L’écrivain a besoin de se concentrer car il écrit pour être. Pour déstabiliser l’autre, celui qui croit être le centre de tout, le nombriliste.

 

Malgré les errances entre Paris, Lisbonne, l’Inde, le poète affirme qu’il « faut traverser le mirage  des regrets » pour échapper au carcan du politiquement correct, s’interroger sans cesse sur la présence du Mal, relire Dostoïevski et les inventeurs de langages. La mémoire sert de fil rouge dans le labyrinthe de l’existence. La lecture est un philtre. Retours en arrière sur l’adolescence, les filles, les muses et le « film sulfureux de Stanley Kubrick consacré à Lolita ». Fondu-enchaîné sur Eglantine, la drogue douce, Dame d’un amour courtois, symbole de poésie et de régénération. Travelling sur les amis et les figures marquantes de sages. Les soirées passées à refaire le monde. La méditation. Le temps qui passe et les faux découpages. Gros plan sur l’écrivain révolté contre le cliché de « doux rêveur ».

 

Des anecdotes permettent de solidifier la pensée du poète qui rêve d’ailleurs. L’une d’elles m’a marquée, celle qui met en scène l’agitateur allemand Joseph Beuys, décédé en 1986, s’enfermant durant une semaine avec un coyote dans une cage en verre. Est transgressif l’artiste qui essaie de communiquer avec son animalité à l’intérieur et à l’extérieur de lui. N’y aurait- t-il pas une communication non verbale entre les êtres, entre les règnes ? Gros plan sur Marc-Louis marchant dans la forêt de Brunoy. Sans pathos, celui-ci souhaite nous faire prendre conscience de notre finitude car personne ne peut accéder « à la véritable réalité », juste l’approcher. Cela signifie-t-il auto- censure, désespoir, voie sans issue ?

 

Non. Juste un peu de bon sens paysan revendiqué par l’auteur et des arabesques magiques à défaut de manifeste stylistique. Comme le philosophe Yves Michaud, Marc-Louis Questin constate qu’un artiste subversif aujourd’hui ne peut se laisser enfermer dans un genre ou une discipline. Si la France demeure cartésienne et bureaucratique, l’artiste se doit d’échapper aux étiquettes pour capter l’âme de son époque, apposer le sceau de sa personnalité et peut-être davantage encore : saisir un rayon de l’Anima Mundi. Principe du caméléon, bien au-delà du trash, du gore ou du gothique. Les étiquettes se salissent et se décomposent. Les arts de l’extrême finissent par lasser lorsqu’ils se figent. Tentation du nihilisme repoussée par un mouvement chorégraphique. Est transgressif, celui qui traverse le bûcher des apparences afin de créer une réalité alternative, une profondeur sensorielle. Ainsi Marc-Louis taquine-t-il la salamandre, sans oublier d’être tarologue, poète, acteur… Et il avoue sa passion du cinéma : « Je n’ai pas les moyens financiers de réaliser un film baroque, psychédélique et onirique ». La spiritualité dans l’art ne se laisse pas enfermer. Il est donc important de changer de cadre(s), de plan et de techniques. Alchimie de la frustration. Sublimation des pulsions en désir de vie.

Marc-Louis Questin continue son éloge de l’énergie vitale de page en page, quoi qu’il lui en coûte. Il nous fait ressentir que les faits les plus touchants, les plus intéressants de notre vie ne sont pas là où on les attend.  Qu’on ne se fie pas à ses références à Schopenhauer, l’homme est davantage lycanthrope que misanthrope !  Marc-Louis ne se contente pas de jeter la clef du monastère dans la rue. C’est un découvreur, à une époque où l’art est partout et nulle part. Il aime ce qui est charnel et sensible, répugnant au monochrome, à l’abstrait déconnecté du trop-plein si humain.

Depuis des décennies, il décloisonne, réunit des artistes non conventionnels autour de lui, éveille des talents et des vocations. Des regards neufs se posent sur des projections de courts- métrages, des danseuses, des humoristes, des musiciens… Performances et perturbations maîtrisées sans pression de groupe. Marc-Louis transmet la fonction prophétique de l’art dans l’esprit de la Tradition et des arts martiaux. Il ne valide aucun produit. Il accorde son attention aux happy few. Dans les replis de la contre-culture, lors des soirées dédiées au romantisme noir à la Cantada – un bar rock de l’Est parisien- sur des airs hypnotiques, les individus réunis du Cénacle du Cygne forment un égrégore blanc, « un feu qui scintille dans la nuit ». Comprenne qui pourra.

 

La marche est un déséquilibre en avant. Giacometti n’est pas loin quand Marc-Louis fait un pas de plus, afin « de provoquer le déclic nécessaire pour que les individus sortent d’un état de léthargie et de servitude volontaire ».

 

 

 

Sculpture de Louise Bourgeois
%d blogueurs aiment cette page :